La Croix-Rouge coréenne assiste les migrants à travers deux programmes

«Nous allons à la recherche de gens qui ont besoin de notre assistance, ce qui nous conduit parfois à visiter les quartiers les plus déshérités pour demander aux habitants s’ils connaissent des personnes particulièrement démunies», explique Ji-Hye Kim, un jeune volontaire de la Croix-Rouge coréenne engagé dans le programme Windmill of Hope (le moulin à vent de l’espoir) dans le secteur de Dobong-gu, à Séoul.

Hler Gudjonsson, FICR

Cet ambitieux programme a pour objet d’offrir une aide humanitaire à des migrants et à des familles multiculturelles établies en République de Corée pour refaire leur vie. Il s’occupe aussi d’enfants, de jeunes gens et de vieillards vulnérables. Chaque semaine, Ji-Hye, qui est âgé de 27 ans, rend visite à ses bénéficiaires pour s’enquérir de leurs besoins et veiller à les satisfaire.

Mais ce n’est pas le seul programme de la Croix-Rouge coréenne en faveur des plus démunis.

Dans un vaste local aménagé dans le sous-sol du Centre communautaire de la Croix-Rouge dans le quartier de Chongo, un groupe de volontaires se réunit régulièrement pour cuisiner des aliments et préparer des colis. L’air embaume les pâtisseries fraîchement sorties du four.

Cette activité procure un appréciable réconfort à des centaines de familles pauvres du quartier, mais aussi une précieuse occasion de contacts sociaux pour nombre de bénéficiaires qui sont des femmes étrangères mariées à des Coréens – le cas de figure le plus courant parmi les familles multiculturelles du pays.

«Grâce à la Croix-Rouge, je me sens beaucoup plus à l’aise dans mon nouveau pays», déclare Yuko Marakami, qui a quitté son Japon natal en épousant un Coréen. «Nous avons connu de grosses difficultés matérielles, puis, quand nous étions dans une situation désespérée, la Croix-Rouge est venue à notre secours.»

Yuko se remémore un Noël quand ses enfants encore en bas âge avaient reçu des vélos et des poupées de la Croix-Rouge. «Ils étaient si heureux de ces cadeaux que nous n’aurions jamais pu leur offrir. Grâce à ces marques de soutien et d’amitié apportées par tous les temps et en toutes circonstances, je me sens chez moi en Corée.»

«J’ai traversé une période difficile lorsque je suis arrivée ici», raconte Hyun Chong, exilée de Corée du Nord. «J’ai souffert d’une grave dépression qui m’empêchait de conserver un emploi, mais mes amis de la Croix-Rouge m’ont apporté un énorme soutien.»

Ces démonstrations d’amitié et de solidarité lui ont inspiré un profond désir d’aider les autres à son tour.

«Quand j’étais au fond du trou, je n’arrivais à penser qu’à moi-même. Je n’étais pas en état de me soucier des autres ni de me demander si je pouvais leur être de quelque secours. A présent, quand je cuisine ici, au Centre communautaire de la Croix-Rouge, c’est précisément le sentiment d’être utile qui donne un sens à ma vie et me rend heureuse. C’est à travers ce travail de volontaire que je me sens liée aux habitants de mon nouveau pays.»

Also available in: Anglais, Espagnol, Arabe

La Croix-Rouge coréenne assiste les migrants à travers deux programmes