Kiosques d’information : un dispositif crucial pour la lutte contre Ebola et la prévention d’autres épidémies en Sierra Leone

Un homme passe prendre un paquet de préservatifs, une femme s’arrête pour se laver les mains à l’eau chlorée, cependant qu’une troisième personne lit attentivement l’affiche exhortant à ne pas toucher les cadavres à cause du risque d’infection. La petite structure vivement colorée en rouge et blanc attire beaucoup de monde et fournit de précieuses informations, ce qui est très précisément sa fonction.

World Disasters Report

World Disasters Report

Focus on local actors, the key to effective humanitarian action

Lisa Pattison, FICR

Pour enrayer la propagation d’Ebola en Sierra Leone, la Croix-Rouge a installé des kiosques similaires dans tout le pays afin de sensibiliser et d’assister les communautés touchées par l’épidémie. Chaque district compte une dizaine de ces structures mobiles érigées dans des endroits stratégiques – sur le bas-côté de routes à fort trafic, dans des bidonvilles, à des points de passage de frontière informels.

Les kiosques sont tenus par des volontaires qui jouissent de la confiance de leur communauté. Ils peuvent s’adresser dans la langue locale aux passants dont ils connaissent intimement la culture et les coutumes. C’est un irremplaçable atout pour donner conseils et informations aux gens concernant non seulement Ebola, mais d’autres risques sanitaires également comme la rougeole ou le choléra.

«Nous sommes parfaitement visibles et les gens n’ont aucune peine à nous trouver. Quand ils viennent à nous, ils nous reconnaissent et peuvent s’exprimer dans leur langue, ce qui n’est souvent pas le cas avec les travailleurs de santé originaires d’autres pays», confirme Anima Teresa Koroma, volontaire de la Croix-Rouge dans le district de Kambia.

Anima est consciente de l’importance cruciale de la sensibilisation de sa communauté du nord de la Sierra Leone. Frontalière avec la Guinée, cette région doit déployer des efforts particuliers pour garder le contrôle face à l’épidémie. Un kiosque a été installé au point de passage informel de Mapotolon, dans la chefferie de Samu, où nombreux sont les gens qui arrivent à pied ou en bateau de la Guinée pour visiter des parents ou se rendre sur les marchés sierraléonais. «De l’autre côté de la frontière, les gens parlent aussi la langue susa et nous partageons la même culture», explique Anima. «Grâce à ces kiosques, nous pouvons éduquer des personnes vivant de part et d’autre de la frontière.»

Installation de kiosques aux points de passage de frontière informels

Mapotolon est l’un des 54 points de passage de frontière informels entre le district sierraléonais de Kambia et la Guinée; 25 d’entre eux ont été identifiés comme prioritaires par la Croix-Rouge pour renforcer ses activités de mobilisation sociale. Avec la circulation intense dans les deux sens d’habitants de ces deux ‘points chauds’, le risque d’émergence de nouvelles chaînes de transmission d’Ebola est considérable. C’est pourquoi une vingtaine de kiosques d’information ont été installés dans le secteur en vue de renforcer la sensibilisation communautaire. La conception mobile de ces structures permet de les déplacer facilement vers de nouveaux points névralgiques en fonction de l’évolution de la crise.

«Les kiosques sont faciles à monter et à déplacer. Par ailleurs, ces communautés sont exposées à d’autres maladies qu’Ebola, notamment au VIH/sida, raison pour laquelle nous y fournissons également des préservatifs, ainsi que des conseils d’hygiène générale et des informations sur les signes avant-coureurs et symptômes d’affections comme le choléra. Ces autres maladies ne doivent surtout pas être négligées par la population», commente Saidu B. Kamara, responsable de l’équipe de mobilisation sociale pour le district de Kambia.

En appliquant ses stratégies traditionnelles de mobilisation communautaire, la Croix-Rouge peut contribuer à éradiquer le virus d’Ebola dans certains foyers épidémiques en gagnant la confiance d’habitants qui persistent à toucher les malades et à s’exposer au contact des défunts lors de cérémonies funéraires. A travers l’éducation générale à l’hygiène, les kiosques représentent aussi un outil de prévention clé contre d’autres épidémies comme les flambées de choléra qui sévissant couramment durant la saison des pluies. «Ebola est encore là, de même que d’autres maladies. Nous, à la Croix-Rouge, devons développer la prise de conscience des risques afin de limiter l’impact des maladies sur nos communautés», conclut Saidu.

Also available in: Anglais, Espagnol

[an error occurred while processing the directive]

Kiosques d’information : un dispositif crucial pour la lutte contre Ebola et la prévention d’autres épidémies en Sierra Leone